Archives de tags : site web

Fasterize : solution « facile » d’accélération des sites Web

17 septembre 2013 Publié par Laissez vos commentaires
Le français Fasterize lance ce mardi son service d’accélération Web. Rien à voir avec un service CDN : il propose en fait d’optimiser les pages HTML de votre site à la volée suivant les demandes des visiteurs en appliquant des règles plus ou moins simples. Résultat : temps de chargement réduit de 30 à 50%. 

« Notre technologie permet de réduire instantanément d’entre 30 et 50% le temps de chargement de vos pages HTML ». Voici l’attaque directe de l’entreprise Fasterize, dont le service d’accélération web est lancé aujourd’hui, après une période bêta à laquelle ont participé une centaine de sites. Nouveau venu et visiblement seul acteur sur ce créneau en France, Fasterize ne s’oppose pas aux services CDN (Content Delivery Network) qui sont des aiguilleurs du net, cherchant à vous faire prendre le chemin le plus rapide d’un point A à un point B. Au contraire : Fasterize s’appuie sur son outil basé dans le cloud pour optimiser chacune de vos pages HTML en se plaçant en amont d’un site. 

Ainsi, Fasterize ne touche à rien : ni réseaux, ni bases de données, ni même serveurs. « Nous avons développé un moteur qui analyse les pages HTML et ses composants (CSS, JS, images) et y applique un certain nombre de règles d’optimisation avant de renvoyer le contenu à l’internaute », explique le site. L’outil cherche donc à réduire au maximum le poids et le nombre des requêtes pour accélérer le trafic, ou même la hiérarchisation des ordres de chargements par exemple. 

Quelles règles sont appliquées ?

Pour l’instant, Fasterize utilise des règles assez communes comme la concaténation, la mise en cache, la compression (HTML, CSS, JS) ou les chargements différés, sans oublier : la parallélisation, l’envoi des requêtes sur la même connexion TCP, l’optimisation réseau ou encore l’inlining. 

Fasterize prévoit d’ailleurs d’appliquer de nouvelles règles prochainement à savoir : le pre-rendering (chargement proactif des pages statistiquement les plus visitées), SPDY proxy (protocole Chrome et Firefox) et l’URL versioning. 

Enfin, Fasterize offre également l’usage sans surcoût d’un CDN au-delà de 100 000 pages « fasterizées ». Simple, Fasterize est surtout capable d’être implémenté en 10 minutes une fois la configuration effectuée au niveau DNS par modification du CNAME  (Canonical Name record). 

Une solution axée e-commerce

La solution est gratuite jusqu’à 1000 pages vues/mois, puis payante passé ce palier : 9 euros HT pour 10 000 pages vues, 20 euros HT pour 20 000 pages vues, etc. jusqu’à 629 euros HT pour 750 000 pages vues/mois. 

Pour les e-commerçants, dont le temps d’accès et la réactivité du site est un atout primordial, ce genre de solution est tout à fait remarquable. D’autant plus qu’elle présente un autre avantage de taille pour les sites marchands : elle propose gratuitement le RUM (Real User Monitoring) et propose « par exemple de suivre des métriques comme le temps de chargement total, le « Time To First Click », le nombre d’images, etc. ». 

La pub online à la traîne en Europe

21 juin 2013 Publié par Laissez vos commentaires
Etude : La pub online à la traîne en Europe

Aux Etats-Unis, la publicité sur les réseaux sociaux explose. En Europe, le consommateur reste viscéralement attaché aux canaux traditionnels, comme le monte la dernière étude réalisée par Adobe. INfluencia analyse.

 

 

INfluencia s’intéresse de très près à la croissance inédite des revenus publicitaires sur les réseaux sociaux, aux Etats-Unis. Ce virage historique consolide l’avènement de la TV Sociale, résultante programmée de l’utilisation grandissante des réseaux sociaux en temps réel pour commenter les programmes de télévision. Si chez l’Oncle Sam la pub dite traditionnelle perd du terrain, elle est en revanche encore très largement préférée par les consommateurs européens !

 

Selon une toute récente étude réalisée par Adobe, les marques ont encore beaucoup de mal sur le Vieux continent à attirer l’attention de leur cible dans l’univers digital. La pub online est à la traîne et forcément ça nous interpelle. Alors que les Lions démarrent à Cannes, INfluencia dresse le bilan des conclusions de « Click Here: State of Online Advertising » qui a porté sur 8750 consommateurs et 1750 professionnels du marketing.

 

« Les consommateurs préfèrent toujours les anciennes techniques publicitaires (presse écrite, télévision et panneaux d’affichage) aux nouveaux médias en ligne, ce constat est particulièrement marqué auprès des Français et des Allemands, qui se montent moins sensibles aux publicités en ligne que leurs voisins anglais », précise t-on chez Adobe. Dans le détail, nous constatons avec intérêt qu’en France, les magazines papier jouissent encore de 31% des préférences publicitaires, devant l’affichage à 24%, la pub TV à 23% et les sites Web à 6%. Outre-Rhin, le print dispose des faveurs de 28% des sondés, contre 23% pour l’affichage et 21% pour les vitrines.

 

 

69% des consommateurs réclament une histoire

 

Autre constat qui interroge : plus de sept Français sur dix (72 %) estiment que les publicités télévisuelles restent plus impactantes que celles en ligne, qu’ils jugent envahissantes à 65 % et agaçantes à 58 %. Seulement 18% des personnes questionnées estiment que les pubs en ligne sont accrocheuses, 7% les considèrent intelligentes et 5% convaincantes.

 

« Les agences de création ont eu des décennies pour parfaire l’efficacité de leurs campagnes. Cela représente une part importante de notre vie quotidienne et nous avons tous grandi avec la publicité TV, radio et dans les magazines. Il n’est donc pas si surprenant de constater une différence d’impact avec les publicités en ligne et le digital », commente Mark Phibbs, VP EMEA Marketing chez Adobe. Il poursuit : « Il s’agit finalement de canaux plutôt jeunes, qui représentent des opportunités en constante mutation pour les marques. Il s’agit désormais de comprendre ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. »

 

Ce qui marche justement, c’est le contenu. Le consommateur est friand de storytelling et « Click Here: State of Online Advertising » le confirme. Pour 69 % des Français interrogés, les campagnes doivent raconter une histoire originale et ne surtout pas se contenter de vendre un produit. Autre détail, 89 % font valoir que les publicités drôles ont plus d’impact que celles sexy et 24 % estiment que le contenu généré par les utilisateurs est un levier performant.

 

 

La pub online divise

 

Comme canaux publicitaires, les médias sociaux offrent aux marques d’autres passerelles pour interagir avec les consommateurs. Parmi la moitié des protagonistes français de l’étude les ayant utilisés, plus du tiers (38 %) indique avoir apprécié une campagne en ligne menée par une marque, tandis que 45 % déclarent y « liker » régulièrement les pages de leurs marques préférées. Lesquelles tendent de plus en plus à personnaliser leurs offres produits. Peut-être parce qu’un tiers des Français (33%) réagit positivement à la customisation, alors que 53% se disent neutres.

 

Il n’empêche que les consommateurs et les professionnels du marketing sont divisés sur la question du digital, dixit Adobe. Seulement 6% des particuliers de l’Hexagone préfèrent la publicité en ligne alors que plus du double (13%) des marketers interrogés, estiment qu’elle est un levier efficace. La dichotomie est flagrante ! Par ailleurs, 48% des professionnels jugent que l’online est plus important que la pub TV.

 

« Les marques et les consommateurs, sont encore habitués à la diffusion traditionnelle de certains messages mais perçoivent que l’univers en ligne offre la possibilité d’interagir directement. Ce sont les marques capables de saisir cette opportunité qui vont régner sur l’univers numérique », conclut Mark Phibbs.

 

Ann Lewnes, la Chief Marketing Officer animera ce lundi 17 juin à 10h – dans le Grand auditorium- une table ronde sur les résultats de cette étude. Accompagnée de Lisa Donohoe, PDG de Starcom USA, Steven F. Althaus, Directeur du groupe BMW et Tina Brown, rédactrice en chef de The Newsweek Daily Beast Company, la CMO d’Adobe rappellera comment les innovations en matière de marketing digital ont renouvelé la crédibilité des professionnels du marketing.

 

Benjamin Adler / @BenjaminAdlerLA

 

* En Europe, Edelman Berland a mené une étude en ligne auprès de 3.750 adultes âgés de 18 ans et plus, dont 3 000 consommateurs et 750 professionnels du marketing en France, au Royaume-Uni et en Allemagne. Les entretiens se sont déroulés du 8 octobre au 30 novembre 2012. La marge d’erreur d’échantillonnage avec un intervalle de confiance de 95 % se calcule de la manière suivante : RU (n=1 000) : ME = +/- 3,1 %. L’étude a également été réalisée en Australie, au Japon et aux États-Unis. L’ensemble de données de chaque pays est représentatif de la population locale.

Source : Influencia

Le Mas d’Aigaliers en Provence

24 février 2013 Publié par Laissez vos commentaires

Dans ce pays de Provence verdoyant, Nathalie nous accueille dans son mas et chambre d’hôtes en pierres datant du 18ème, qu’elle a entièrement rénové dans le respect des traditions avec des matériaux de qualité. Elle y a ajouté des touches de modernité alliant le design et de beaux volumes décloisonnés. Découvrons cette maison chaleureuse où l’on se sent bien.

Du côté de Chez Vous/ Réalisation ProdCast TV
site internet : Mas Aigaliers

Kim Dotcom lance MEGA !

19 janvier 2013 Publié par Laissez vos commentaires

Un an jour pour jour après la fermeture de son site Megaupload, Kim Dotcom revient avec MEGA !

C’est à 18h48 précises ce samedi (6h48 en Nouvelle-Zélande) que Kim Dotcom vient de mettre en ligne son fameux MEGA. À première vu, cela ressemble à un banal espace de stockage personnel, à la manière de Dropbox, Google Drive ou encore SkyDrive. Pourtant, MEGA est bien plus et va vous permettre de bien évidemment stocker vos fichiers, mais aussi de les partager avec un cryptage extrêmement complexe et il sera techniquement impossible de surveiller les téléchargements. Ce qui est marrant, c’est qu’à plusieurs moments, Mega affiche de nombreux messages à respecter les droits d’auteur.

Chaque membre de MEGA dispose d’un espace de gratuit de 50 Go, extensible grâce à des formules payantes de 9,99€ (500Go de stockage, 1To de bande passante), 19,99€ (2To de stockage, 4To de bande passante) et 29,99€ (4To de stockage, 8To de bande passante).

Actuellement, il ne semble y avoir qu’une interface web pour accéder au service, celle-ci est d’ailleurs assez ergonomique et intuitive, mais on espère que différents clients (desktop, web…) permettront une synchronisation efficace des données où que vous soyez.

Pour vous inscrire, c’est ICI que ça se passe .

mega

 

Source : JournalDuGeek

Combien a coûté le nouveau site de l’Elysée ?

18 janvier 2013 Publié par Laissez vos commentaires

La présidence de la République doit montrer l’exemple de la rigueur budgétaire. Ainsi le député UMP du Nord Gérald Darmanin s’interroge sur le nouveau site de l’Elysée : qui l’a réalisé ? Dans quelles conditions ? À quel prix ? 

Le 18 décembre dernier, le site de l’Elysée faisait peau neuve. Une réalisation que nous avions d’ailleurs saluée puisque résolument au goût du jour avec une « ambition éditoriale forte » et une « une exigence de réactivité immédiate ».

Ce n’est pourtant qu’un mois plus tard, ce mardi 15 janvier, que le député du Nord Gérald Darmanin s’interroge sur ce nouveau site Web dans deux questions distinctes. La première est particulièrement claire : le député souhaite « connaître le coût exact de la refonte du site internet de l’Élysée ». Dans une seconde question il s’interroge cette fois-ci sur « les modalités du choix du prestataire pour la refonte du site internet de l’Elysée » et «souhaiterait savoir de quelle façon le prestataire utilisé pour refaire le site internet de l’Elysée a été choisi », sans oublier de « savoir s’il y a eu mise en concurrence et quels ont été les critères de sélection ».

50 000 euros de développements externes

Le 29 mars 2010, le site de l’Elysée avait déjà été refondu sous l’ère de Nicolas Sarkozy, et avait coûté 100 000 euros selon Nicolas Princen, l’ex-webmaster élyséen. Aujourd’hui, selon Le Figaro, « le développement du nouveau site a été en grande partie pris en charge par la petite cellule Web de l’Élysée composée de six personnes, qui ont utilisé des technologies françaises. Les développements externes ont représenté 50 000 euros, notamment pour le design et l’accessibilité. Ces coûts ne comprennent pas les frais de maintenance et d’hébergement, qui ont été « divisés par quatre » depuis l’ancienne présidence, affirme Romain Pigenel, co-responsable du projet ».

Rappelons aussi que sous l’ère Sarkozy, l’Elysée avait débarqué sur Twitter fin 2009 puis sur mobile début 2011.

TYPHON, le nouvel aspirateur à effet Venturi haute pression pour sable et eau – 04 42 83 18 39

14 janvier 2013 Publié par Laissez vos commentaires

Pierre Monetta, que l’on connait déjà pour son invention, le nettoyeur hydraulique de piscine Cyclone, nous revient avec une autre invention, non moins ingénieuse. L’aspirateur Typhon va remplacer la pompe vide cave dans l’équipement des professionnels de la piscine…

 

En tant que professionnels en charge de l’installation et surtout de l’entretien des piscines, vous pouvez être amenés à vider le sable et l’eau résiduels dans les filtres de piscine. Pierre Monetta est parti de cette idée de départ lorsqu’il a conçu le Typhon, né de recherches et d’améliorations du Cyclone. Le Cyclone (aspirateur à hydrojets nettoyeurs) avait bénéficié d’une vingtaine d’années de recherches, menant au rajout, par exemple, d’une cape inox (sorte de pré-filtre) pour la cartouche. Dans le même esprit, il a créé d’autres accessoires, comme des paniers de skimmers en grillage inox.

 

L’entreprise de Pierre Monetta a donc conçu l’aspirateur TYPHON àeffet Venturi d’une pression de 70 bars à 160 bars (voire plus), le tout fabriqué en inox. Il se raccorde à tout type d’appareil haute pression.

 

Typhon

L’appareil Typhon

 

 

 

 

appareil à haute pression

Appareil à haute pression à raccorder au Typhon

 

 

 

Comment marche le TYPHON ?

 

L’eau injectée dans le corps central est mise en pression, en étant comprimée, cela crée une dépression, donc une aspiration dans le sens opposé. Ainsi, plus on injecte de pression, plus la dépression augmente et plus l’aspirateur a de puissance pour aspirer.

 

La colonne d’eau aspirante, provoquée par l‘effet Venturi, peut monter de 3 à 4 m de haut, suivant le nettoyeur haute pression (et d’un débit de 8 à 15 m3/h).

Un aspirateur haute pression pour de nombreuses applications

Ainsi on peut changer aisément le sable de son filtre à sable (surtout lorsque l’orifice est étroit comme sur les anciens filtres). L’appareil s’avère également très pratique et facile à manipuler pourvider entièrement les piscines, spas, citernes, caves ou terrains inondés. En effet, ce système permet unassèchement complet, et, grâce à son petit diamètre, il peut même rentrer dans une bonde de fond pour la vider entièrement.

Après un grand nombre de modèles et de tests sur des prototypes, Pierre Monetta s’est vite rendu compte que l’aspirateur à effet Venturi haute pression pouvait servir dans beaucoup d’autres situations.

TYPHON peut aussi servir de simple aspirateur pour toutes sortes de détritus et poussières, qui ressortiront sans émettre de poussière, étant mêlées à l’eau pulvérisée de l’appareil haute pression (de 180L/h à 400 L/h suivant les modèles). Il est donc idéal pour les eaux chargées de particules de boues, feuilles, sable, gravier, gros débris…

Il remplace ainsi, en toute sécurité, la traditionnelle pompe vide cave avec son fil électrique de 220 volts !

 

Typhon typhon typhon

Aspiration de boue dans le fond d’une piscine et notamment,

remarquez comme la bonde de fond peut être nettoyée et asséchée complètement

 

 

aspiration dans un spa

Aspiration d’eau, de feuilles et boue dans un spa

aspiration dans un spa

Aspiration au fond du spa pour vidage complet

aspiration dans un filtre

Autre intérêt du Typhon : vider le sable et l’eau résiduels d’un filtre de piscine

Source : eurospapoolnews