Archives de tags : site internet

Hôtellerie française 1 – 0 Booking.com

18 septembre 2013 Publié par Laissez vos commentaires
Suite à un feuilleton judiciaire qui dure depuis plus d’un an, les professionnels de l’hôtellerie française ont finalement obtenu gain de cause contre les OTA (Online Travel Agency), les agences de voyage en ligne, Booking.com en tête de file. 

Cela fait bientôt deux ans que l’UMIH (Union des Métiers des Industries de l’Hôtellerie) se bat pour « faire des OTA de vrais partenaires commerciaux et non des fossoyeurs de l’hôtellerie ». Sur son site, l’union rappelle les différentes étapes :

  • Juin 2012 : une saisine est déposée par la CEPC (Commission d’Examen des Pratiques Commerciales) pour dénoncer des clauses abusives dans le contrat d’adhésion imposé aux hôteliers,
  • Juillet 2013 : saisine par l’UMIH de l’Autorité de la Concurrence pour rétablir le libre jeu de la concurrence,
  • Septembre 2013 : Razzy Hammadi, qui préside la CEPC, souhaite faire « interdire la parité tarifaire » afin d’éviter qu’un « site de référencement » ne contrôle « les prix d’un établissement qui ne lui appartient pas ». 

Des taux toujours plus hauts

Pour un hôtelier dont la réservation passe par un site de réservation en ligne (dont Booking.com et Hotels.com sont les leaders), la commission peut varier de 17 à 30% du prix de la location TTC ; des taux qui étaient bien plus bas il y a quelques années et qui sont en constante augmentation. C’est pourquoi lundi, la CEPC a estimé que les clauses de parité tarifaires étaient « frappées de nullité ». 

Le Synhorcat (Syndicat National des Hôteliers Restaurateurs, Cafetiers et Traiteurs) estime qu’un « grand pas est franchi ». En effet ce n’est qu’une première étape puisque la décision de la CEPC, même si elle apporte « la lumière du droit sur les pratiques en cause », n’est que purement consultative. L’Autorité de la Concurrence devra prendre le relais et rendra sa décision d’ici quelques mois. Le même syndicat se félicite toutefois de la décision qui avait joué un rôle important en 2011 devant le Tribunal de Commerce de Paris où Expedia, Hotels.com et Tripadvisor avaient été condamnés pour pratiques commerciales trompeuses. 

Plusieurs amendements à venir

Razzy Hammadi qui est également rapporteur socialiste à l’Assemblée nationale sur le projet de loi relatif à la consommation, « envisage de déposer en deuxième lecture des amendements allant dans notre sens », écrit l’UMIH. « L’objectif n’est pas de remettre en cause l’utilité des sites type hotels.com ou booking.com, ni leur efficacité, mais de remettre de la régulation », a expliqué ce dernier sur France Info. Suite au prochain épisode. 

Annexe : les avis des consommateurs

Autre sujet, annexe mais très important pour les hôteliers : les avis en ligne de consommateurs. Ils sont devenus un critère très important pour s’attirer les bonnes grâces des consommateurs sur la toile. C’est pourquoi de nombreux cas de fraudes ont déjà été relevés. 

Rappelons qu’en juillet dernier, l’AFNOR a publié une norme (NF Z74-501) pour lutter contre ces faux avis. 

Le Mas d’Aigaliers en Provence

24 février 2013 Publié par Laissez vos commentaires

Dans ce pays de Provence verdoyant, Nathalie nous accueille dans son mas et chambre d’hôtes en pierres datant du 18ème, qu’elle a entièrement rénové dans le respect des traditions avec des matériaux de qualité. Elle y a ajouté des touches de modernité alliant le design et de beaux volumes décloisonnés. Découvrons cette maison chaleureuse où l’on se sent bien.

Du côté de Chez Vous/ Réalisation ProdCast TV
site internet : Mas Aigaliers

Kim Dotcom lance MEGA !

19 janvier 2013 Publié par Laissez vos commentaires

Un an jour pour jour après la fermeture de son site Megaupload, Kim Dotcom revient avec MEGA !

C’est à 18h48 précises ce samedi (6h48 en Nouvelle-Zélande) que Kim Dotcom vient de mettre en ligne son fameux MEGA. À première vu, cela ressemble à un banal espace de stockage personnel, à la manière de Dropbox, Google Drive ou encore SkyDrive. Pourtant, MEGA est bien plus et va vous permettre de bien évidemment stocker vos fichiers, mais aussi de les partager avec un cryptage extrêmement complexe et il sera techniquement impossible de surveiller les téléchargements. Ce qui est marrant, c’est qu’à plusieurs moments, Mega affiche de nombreux messages à respecter les droits d’auteur.

Chaque membre de MEGA dispose d’un espace de gratuit de 50 Go, extensible grâce à des formules payantes de 9,99€ (500Go de stockage, 1To de bande passante), 19,99€ (2To de stockage, 4To de bande passante) et 29,99€ (4To de stockage, 8To de bande passante).

Actuellement, il ne semble y avoir qu’une interface web pour accéder au service, celle-ci est d’ailleurs assez ergonomique et intuitive, mais on espère que différents clients (desktop, web…) permettront une synchronisation efficace des données où que vous soyez.

Pour vous inscrire, c’est ICI que ça se passe .

mega

 

Source : JournalDuGeek

Combien a coûté le nouveau site de l’Elysée ?

18 janvier 2013 Publié par Laissez vos commentaires

La présidence de la République doit montrer l’exemple de la rigueur budgétaire. Ainsi le député UMP du Nord Gérald Darmanin s’interroge sur le nouveau site de l’Elysée : qui l’a réalisé ? Dans quelles conditions ? À quel prix ? 

Le 18 décembre dernier, le site de l’Elysée faisait peau neuve. Une réalisation que nous avions d’ailleurs saluée puisque résolument au goût du jour avec une « ambition éditoriale forte » et une « une exigence de réactivité immédiate ».

Ce n’est pourtant qu’un mois plus tard, ce mardi 15 janvier, que le député du Nord Gérald Darmanin s’interroge sur ce nouveau site Web dans deux questions distinctes. La première est particulièrement claire : le député souhaite « connaître le coût exact de la refonte du site internet de l’Élysée ». Dans une seconde question il s’interroge cette fois-ci sur « les modalités du choix du prestataire pour la refonte du site internet de l’Elysée » et «souhaiterait savoir de quelle façon le prestataire utilisé pour refaire le site internet de l’Elysée a été choisi », sans oublier de « savoir s’il y a eu mise en concurrence et quels ont été les critères de sélection ».

50 000 euros de développements externes

Le 29 mars 2010, le site de l’Elysée avait déjà été refondu sous l’ère de Nicolas Sarkozy, et avait coûté 100 000 euros selon Nicolas Princen, l’ex-webmaster élyséen. Aujourd’hui, selon Le Figaro, « le développement du nouveau site a été en grande partie pris en charge par la petite cellule Web de l’Élysée composée de six personnes, qui ont utilisé des technologies françaises. Les développements externes ont représenté 50 000 euros, notamment pour le design et l’accessibilité. Ces coûts ne comprennent pas les frais de maintenance et d’hébergement, qui ont été « divisés par quatre » depuis l’ancienne présidence, affirme Romain Pigenel, co-responsable du projet ».

Rappelons aussi que sous l’ère Sarkozy, l’Elysée avait débarqué sur Twitter fin 2009 puis sur mobile début 2011.

Un nouveau site corporate pour Orange

17 octobre 2012 Publié par Laissez vos commentaires
Un nouveau site corporate pour Orange

Souvent délaissé par les marques au profil du site commercial, le site corporate est pourtant un outil important de la communication institutionnelle. A condition que ce dernier soit interactif et propose un contenu adapté aux différentes cibles corporates qui ne sont pas forcément les mêmes que celles du site commercial. Dans ce but, Orange a décidé de travailler son image entreprise via Orange.com en différenciant clairement les informations autour de la marque de celles liées à son offre commerciale…

Client souhaitant en savoir plus sur la marque, actionnaires soucieux de suivre l’activité économique de l’entreprise, journalistes préparant un article ou encore personnes souhaitant intégrer l’entreprise… Voici les principales cibles du portail corporate. Chacune d’entre elle trouvera les informations qu’elle recherche sur le site Orange.com. Celui est agréable à utiliser et permet d’accéder en quelques clics à toutes les informations dont on a besoin.

Des infos marques pour les journalistes et blogueurs…

Site corporate Orange

Prenons l’exemple d’un journaliste ou blogueur souhaitant rédiger un article sur Orange. La rubrique presse lui permettra de télécharger les communiqués des 3 dernières années, et de s’abonner via RSS ou Newsletter pour recevoir les dernières infos de la marque. Un compte Twitter dédié est également proposé : @presseorange qui semble au passage très actif. Des rubriques du site permettent également de trouver des informations concernant le sponsoring et les actions locales afin de trouver des informations complémentaires pour la rédaction d’article.

Et pour les clients, investisseurs et personnes intéressées par la marque…

Site corporate Orange

Les clients et personnes intéressées par la marque Orange trouveront toutes les informations qui lui sont relatives. De la stratégie du groupe à son réseau en passant par sa présence que cela soit via un site ou les réseaux sociaux dans le monde entier. Le site est d’ailleurs traduit dans 5 langues afin que l’information soit diffusée le plus largement possible. Les investisseurs, quand à eux, retrouveront des informations économiques : cours de l’action, rapport annuel, vidéo des assemblées générales (qu’ils pourront d’ailleurs suivre en direct)…

 

 

Que pensez vous de cet exemple de site corporate ? Quelles sont, selon vous, les informations devant être présentes sur ce type de site ?