Les Etats-Unis ont-ils demandé une backdoor dans Linux ?

septembre 22, 2013 2:01 Publié par Laissez vos commentaires
Lors de la conférence LinuxCon qui se déroulait récemment aux Etats-Unis, il a été demandé au créateur de Linux, Linus Torvalds, si une agence de l’Etat américain lui avait déjà demandé d’insérer une backdoor dans Linux. Ce dernier a répondu non, en faisant oui de la tête. Ironie ? 

Prism, KeyScore, Fairview, Evilolive, Tempora, Bullrun, NSA, GCHO (Government Communications Headquarters)… La liste des organes et outils de sécurité ou d’espionnage s’est considérablement allongée ces derniers mois. De quoi rendre légèrement parano… ou pas ! 

C’est dans cet environnement que se tenait récemment la conférence LinuxCon aux Etats-Unis. Entre autres participants, le créateur de Linux, Linus Torvalds, était bien entendu invité à distiller ses conseils et donner son avis sur plusieurs sujets. Jusqu’à ce que le présentateur pose cette question aux quatre participants sur la scène à ce moment-là : « L’un d’entre vous a-t-il déjà été approché par une agence d’Etat américaine à propos d’une backdoor ? ». Silence gêné de l’assistance, mais Linus Torvalds sourit et dit « non » en faisant « oui » de la tête. 

Le passage en question vers 24 minutes et 15 secondes.

Rires dans la salle… suivi d’un « non », partagé par les autres personnes présentes sur scène. L’un d’entre eux ajoute en rigolant « Rien que je puisse dévoiler ». C’est donc cette réponse assez énigmatique qui fait couler beaucoup d’encre. Plus tard, M. Torvalds a totalement nié. Mais il était trop tard pour empêcher que toutes les interprétations ne voient le jour.

Certains y ont tout de suite vu une simple plaisanterie, de bon ou de mauvais goût, à vous de juger. Mais d’autres ont vu tout l’inverse, ce qui paraît assez légitime. Etant données les révélations de ces dernières semaines concernant la NSA et son réseau d’espionnage, il ne serait pas vraiment étonnant qu’on apprenne la véracité d’une telle information. Une agence capable de surveiller jusqu’à 75% du trafic Web américain est capable de tout. D’autant plus que les demandes adressées aux géants du numérique ont été largement diffusées dans la presse… 

Tags : ,

Classés dans :

Cet article a été écrit par l2_admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *