Archives

Avec Vine, Twitter se met à la vidéo de 6 secondes: voici ce qu’on peut faire avec cette application

26 janvier 2013 Publié par Laissez vos commentaires

Avec Vine, Twitter se lance dans la vidéo… mais un style particulier de vidéos. Cette nouvelle application smartphone (disponible uniquement sur l’Apple Store pour l’instant) permet à ses utilisateurs d’ajouter une court film à leurs tweets. Et quand on dit court, c’est court: les vidéos ne peuvent pas faire plus de 6 secondes!

Après la limite de 140 caractères sur Twitter, Vine limite donc vos talents de cinéastesà 6 petites secondes. Et c’est là tout le principe de Vine – une start-up new-yorkaise rachetée en octobre dernier par Twitter. « A l’image des tweets, la brièveté des vidéos sur Vine est porteuse de créativité », a expliqué Michael Sippey, le vice-président de Twitter, sur son blog.

Comment utiliser Vine et que faire avec cette nouvelle application? Le HuffPost vous a préparés une démonstration.

Comment faire vos vidéos

Vine est, depuis jeudi, gratuitement téléchargeable sur le magasin en ligne d’Apple. Pour commencer, l’application vous demandera de créer un compte Twitter ou de vous connecter via celui que vous possédez déjà.

Sur la page d’accueil de l’application, vous retrouverez les meilleures vidéos du moment, sélectionnées par l’équipe de Vine. Pour créer la vôtre, rendez-vous sur l’onglet vidéo en haut à droite de l’application. Vine enclenche alors la fonction caméra de votre iPhone et vous permet de filmer 6 secondes au total. Mais cela ne signifie pas que vous devez tout enregistrer d’une traite.

vine vine2
À vous de gérer votre micro-tournage, de faire plusieurs plans, ou de penser votre clip façon stop-motion, c’est à dire image après image. Et pour permettre ceci, l’application ne filme que lorsque votre doigt est posé sur l’écran. Levez le doigt et la caméra s’arrête, appuyez à nouveau pour reprendre le film.

Une fois que votre temps de tournage est écoulé, l’application crée une boucle à partir de ces 6 secondes et le résultat ressemble bien souvent à un GIF. Vous pouvez ensuite choisir de partager sur votre profil Vine, votre compte Twitter ou votre profil Facebook (selon Mashable, Facebook aurait déjà bloqué certains liens de l’application vers son réseau social, comme Twitter l’a fait avec Instagram, l’application photo racheté par Facebook). Si vous ne choisissez aucune de ces trois options, et sélectionner « done » ‘ »terminé ») quand même, votre film sera seulement enregistré sur votre iPhone.

Une fois que votre temps de tournage est écoulé, l’application crée une boucle à partir de ces 6 secondes et le résultat ressemble bien souvent à un GIF. Vous pouvez ensuite choisir de partager sur votre profil Vine, votre compte Twitter ou votre profil Facebook (selon Mashable, Facebook aurait déjà bloqué certains liens de l’application vers son réseau social, comme Twitter l’a fait avec Instagram, l’application photo racheté par Facebook). Si vous ne choisissez aucune de ces trois options, et sélectionner « done » ‘ »terminé ») quand même, votre film sera seulement enregistré sur votre iPhone.

Attention, le son est aussi enregistré même s’il est possible de le couper au moment de visionner les films.

Quels types de vidéos trouve-t-on sur Vine? 

Le principe de Vine ça n’est donc pas de lire un tweet face caméra en moins de 6 secondes, rien ne vous en empêche mais vous aurez peu de chance de vous retrouver sur la Une de l’application à moins d’être Barack Obama.

Pour vous donner quelques idées, Vine a déjà plus d’une dizaine de vidéos sur sa page d’accueil, un best-of qui donne un bon aperçu de tout ce que l’on peut faire en 6 secondes de vidéo. La fonction « explore » de l’application vous permet également de naviguer par thème.

Les animations en stop-motion
 

 

Les dessins étape par étape
 

 

Des vidéos de nourriture (ça change des photos)
 

Ici le steak tartare posté par Dick Costolo, le PDG de Twitter

 

Les vidéos de votre ville sous tous les angles
 

 

Les tours de magie
 

 

Les tutoriels vidéos
 

 

Les vidéos de mode

 

 

Les blagues (façon mime)
 

 

Les vidéos « cute »
 

Que pensez-vous de cette nouvelle application et de son concept?

Impact des reseaux sociaux sur le référencement naturel : vers une strategie web globale ?

23 janvier 2013 Publié par 5 Comentaires

Sur le web en ces temps de morosité économique, il est de coutume que les différents corps de métier (SEO, SMO, CM, Webmarketing, etc.) tirent la couverture à eux se dénigrant les uns les autres. Mais en ces temps difficiles, il est primordial au contraire d’envisager le regroupement de ses troupes afin d’adopter une stratégie pérenne et optimale sur le web, c’est-à-dire adopter une stratégie web globale. C’est par l’intermédiaire de la complémentarité SEO et SMO (Social Média) et donc via l’impact des Réseaux Sociaux sur le Référencement Naturel que j’appuierai mon exposé.

Le SEO, le SMO kézako ?

Ces deux concepts sont importants à définir afin d’avoir une vision globale.

Définition du SEO

L’optimisation pour les moteurs de recherche (en anglais, Search EngineOptimization : SEO) oui référencement naturel est un ensemble de méthodes techniques, sémantiques et éditoriales visant à favoriser la compréhension de la thématique et du contenu d’une ou de l’ensemble des pages d’un site Web par les moteurs de recherche en vue de leur positionnement en fonction des requêtes utilisateurs.

Définition du SMO

L’Optimisation pour les Médias Sociaux ou référencement social (Social Media Optimization : SMO) est un ensemble de méthodes pour attirer des visiteurs sur des contenus de site web grâce à la promotion de ceux-ci via les médias sociaux. Le SMO regroupe les actions visant à favoriser la diffusion de contenu par l’action des internautes (User Generated Content).

Ces postulats établis, nous pouvons nous pencher sur la présence des réseaux sociaux sur les pages de résultats des moteurs de recherche (SERPs).

Les Réseaux Sociaux sur les moteurs de recherche

résultat de recherche Clubic Social media

On constate les effets du SMO sur le SEO ne serait-ce que sur les moteurs de recherche (requête de notoriété, ici « Clubic ») ce qui implique une étroite connexionavec la dimension de e-réputation.

De fait on remarque la présence de plusieurs éléments prépondérants :

–          Le compte Twitter

–          La page Facebook

–          Le Compte Google + (dans l’encadré à droite)

Cette présence est certes naturelle sur des requêtes de notoriété sur les moteurs de recherche, mais il convient d’appréhender les optimisations de l’écosystème social d’un site afin de capter d’avantage de visiteurs que par l’intermédiaire des seuls moteurs de recherche. Il conviendra donc d’apporter une attention toute particulière à l’utilisateur et à ses besoins.

Les optimisations de l’écosystème social

On peut distinguer plusieurs types d’optimisations qui auront pour but de diversifier les sources de trafic qualifié vers un site web. Pour illustrer mon propos, on distinguera les optimisations effectuées sur le site et celles effectuées sur le blog qui représentent les deux espaces dont la société a la parfaite maîtrise.

Optimisations on-site

Le site représente la première interface avec les internautes, un site est généralement une vitrine.

Le site permet :

  1. D’informer l’internaute qui a un besoin précis

Il s’agit ici d’apporter à l’internaute de l’information sur votre structure, sur vos produits et sur vos services. Il s’agit du but premier de votre site web.

  1. De générer une première communauté d’intéressés à la problématique de la société

Les visiteurs du site, une fois convaincus de votre sérieux et de votre professionnalisme seront plus enclins à rejoindre les espaces sociaux que vous aurez mis à leur disposition afin d’engager de dialogue avec eux.

  1. De générer des ventes

Le site pris en exemple a pour objectif d’apporter de l’information, mais dans le cadre d’un site e-commerce, la saisie des informations de connexion peut souvent se révéler fastidieux. Un Facebook Connect est généralement bienvenu afin de récupérer des informations pertinentes et valides afin de faciliter l’inscription et donc l’acte d’achat.

Optimisations SEO SMO On-site

Optimisations du blog

Le blog est prépondérant dans un écosystème social performant. De même il est nécessaire dans une optique de référencement naturel optimal. Ainsi, le blog permet :

  1. L’interaction avec les clients, qui à chaque post, rafraîchit le contenu de la page
  2. D’effectuer du « maillage interne » vers les pages stratégiques d’une marque
  3. Si le contenu est intéressant: partage sur Facebook / Twitter / Pinterest etc.

Optimisations du blog SEO SMO

On peut envisager plusieurs optimisations au blog qui passent par l’utilisation des plugins : les optimisations SEO et les optimisations SMO

AddThis

Plugin Addthis

  • Agrégation de plusieurs partages sociaux
  • Intégration facile à mettre en place

WordPress

Wordpress by SEO Yoast plugin

  • Ajout des meta données Open Graph

Comment Luv Plugin

  • Permet de déposer un backlink avec ancre optimisée

Autres plugins: Social Media Widget, Shareholic, Disqus Comment System (WordPress)

Plus de pluginshttp://wp.tutsplus.com/articles/35-social-media-plugins-to-help-increase-your-traffic/

Impacts des partages sur les moteurs de recherche

Plus le partage est repris (retweet, share):

  • Plus l’indexation est rapide.
  • Plus le classement des résultats Google peut varier dans un espace temps
  • Plus le share peut faire office d’article sur site tiers (ex: cas des infographies, retweet + article sur site du Twitter)

L’association du contenu avec l’AuthorShip permet d’obtenir une meilleure autorité et une meilleure visibilité dans les résultats.

Possibilité de visualiser tous les partages sociaux d’une URL avec SharedCount.

Authorship SEO

Google +, votre allié SEO et SMO

Google + peut être considéré comme l’outil principal pour optimiser votre présence tant bien sur les moteurs de recherche sur des requêtes de notoriété que sur les réseaux sociaux. Mais en fait, qu’est-ce que Google + ?

Logo Google +

Réseau social de Google

Même principe que Facebook

  • Profils
  • Pages entreprises

Propose des « Communautés »

Propose des boutons de partage intégrables : The famous +1

Quel est l’intérêt à utiliser Google + ?

  • Indexation quasi immédiate du contenu partagé
  • Personnalise les résultats dans les moteurs de recherche
  • Affichage de la page entreprise Google + dans les pages de résultats sur Google (requête de notoriété)
  • Influence possible sur le Knowledge Graph

Enfin voici des conseils à suivre de manière générale pour optimiser et votre SEO et votre SMO :

Les 12 conseils à suivre pour une stratégie globale

  1. Ecrivez du contenu qui fera réagir vos visiteurs, les interactions sociales viendront par la suite (commentaires, backlinks)
  2. Identifiez les personnes influentes dans vos cercles sociaux (FollowerWonk). Contactez les (ex: Linkedin) pour leur proposer des partenariats (ex: échange de liens entre blogs, guest blogging)
  3. Développez la page Google+ et si possible les pages Wikipedia. ImpactKnowledge Graph
  4. Optimisez bien le SEO on-site de vos pages et notamment les icônes des réseaux sociaux. Exemple: placer une alternative textuelle « Suivez YouseeMii sur Twitter » permettra de renforcer  les mot-clé lié au site et au média social.
  5. Utilisez des raccourcisseurs d’URL utilisant des redirections de type 301.
  6. Pistes d’optimisations pour Twitter et le SEO: http://blog.prbrigade.com/part-two-do-social-media-sites-help-seo-a-look-at-twitter/
  7. Reliez tous vos espaces sociaux ensemble
  8. Ajoutez les URL vers votre site ou vers votre blog
  9. Encouragez le clic (« call to action »)
  10. Partagez régulièrement (à minima une fois par semaine) du contenu (même si ce n’est pas du contenu édité en propre)
  11. Mettez en place une plateforme dédiée à votre veille type Scoop.it ou Pearltrees que vous pourrez mettre à disposition de vos visiteurs afin de proposer une base documentaire sur votre cœur de métier
  12. Commentez les articles qui traitent de votre thématique afin d’enrichir les billets et de rajouter des liens vers votre site ou votre blog (chasseur de prime) avec des ancres optimisées

>> Développer une stratégie Web globale et sur-mesure en fonction de votre secteur d’activité

Conseils stratégiques globaux

>> Plus grande cohérence entre les différents services

  • Web
  • Webmarketing
  • Communication
  • Marketing
  • E-commerce
  • Etc.

>> Synergies entre les services de l’entreprise

  • Plus grande fluidité pour l’internaute qui découvre un environnement structuré et cohérent
  • Rassurer l’internaute
  • Développer les contacts
  • Développer les ventes
  • Soigne la visibilité à moyen et long terme
  1. Notoriété
  2. Hors notoriété
  3. Multi-plateformes

>> Trafic qualifié et positionnement

Ainsi, avec cette vision, vous serez en mesure d’établir une stratégie web globale et ouverte pour la pérénnité en ligne de votre organisation.

Source : Youseemii

Hashtag c’est fini, maintenant il faut dire…

23 janvier 2013 Publié par Laissez vos commentaires

Il ne faut plus dire hashtag, maintenant il faut dire… Mot-dièse ! Le gouvernement en a décidé ainsi. Au même titre qu’ardoise pour parler des tablettes tactiles ou de courriel pour traduire email,mot-dièse (et mots-dièse au pluriel) est la francisation officielle du fameux “  utilisé surTwitter.

La très sérieuse Commission générale de terminologie et de néologie vient d’annoncer que mot-dièse serait le mot officiel à employer pour qualifier l’usage du fameux hashtag par les twittos. Preuve en est avec la parution de cette note au Journal Officiel :

mot-diese

Reste maintenant à savoir quels mots-dièse balancés de vos ardoises préférées vont faire le meilleur ramdam cette année !

Source : MinuteBuzz

Kim Dotcom lance MEGA !

19 janvier 2013 Publié par Laissez vos commentaires

Un an jour pour jour après la fermeture de son site Megaupload, Kim Dotcom revient avec MEGA !

C’est à 18h48 précises ce samedi (6h48 en Nouvelle-Zélande) que Kim Dotcom vient de mettre en ligne son fameux MEGA. À première vu, cela ressemble à un banal espace de stockage personnel, à la manière de Dropbox, Google Drive ou encore SkyDrive. Pourtant, MEGA est bien plus et va vous permettre de bien évidemment stocker vos fichiers, mais aussi de les partager avec un cryptage extrêmement complexe et il sera techniquement impossible de surveiller les téléchargements. Ce qui est marrant, c’est qu’à plusieurs moments, Mega affiche de nombreux messages à respecter les droits d’auteur.

Chaque membre de MEGA dispose d’un espace de gratuit de 50 Go, extensible grâce à des formules payantes de 9,99€ (500Go de stockage, 1To de bande passante), 19,99€ (2To de stockage, 4To de bande passante) et 29,99€ (4To de stockage, 8To de bande passante).

Actuellement, il ne semble y avoir qu’une interface web pour accéder au service, celle-ci est d’ailleurs assez ergonomique et intuitive, mais on espère que différents clients (desktop, web…) permettront une synchronisation efficace des données où que vous soyez.

Pour vous inscrire, c’est ICI que ça se passe .

mega

 

Source : JournalDuGeek

Combien a coûté le nouveau site de l’Elysée ?

18 janvier 2013 Publié par Laissez vos commentaires

La présidence de la République doit montrer l’exemple de la rigueur budgétaire. Ainsi le député UMP du Nord Gérald Darmanin s’interroge sur le nouveau site de l’Elysée : qui l’a réalisé ? Dans quelles conditions ? À quel prix ? 

Le 18 décembre dernier, le site de l’Elysée faisait peau neuve. Une réalisation que nous avions d’ailleurs saluée puisque résolument au goût du jour avec une « ambition éditoriale forte » et une « une exigence de réactivité immédiate ».

Ce n’est pourtant qu’un mois plus tard, ce mardi 15 janvier, que le député du Nord Gérald Darmanin s’interroge sur ce nouveau site Web dans deux questions distinctes. La première est particulièrement claire : le député souhaite « connaître le coût exact de la refonte du site internet de l’Élysée ». Dans une seconde question il s’interroge cette fois-ci sur « les modalités du choix du prestataire pour la refonte du site internet de l’Elysée » et «souhaiterait savoir de quelle façon le prestataire utilisé pour refaire le site internet de l’Elysée a été choisi », sans oublier de « savoir s’il y a eu mise en concurrence et quels ont été les critères de sélection ».

50 000 euros de développements externes

Le 29 mars 2010, le site de l’Elysée avait déjà été refondu sous l’ère de Nicolas Sarkozy, et avait coûté 100 000 euros selon Nicolas Princen, l’ex-webmaster élyséen. Aujourd’hui, selon Le Figaro, « le développement du nouveau site a été en grande partie pris en charge par la petite cellule Web de l’Élysée composée de six personnes, qui ont utilisé des technologies françaises. Les développements externes ont représenté 50 000 euros, notamment pour le design et l’accessibilité. Ces coûts ne comprennent pas les frais de maintenance et d’hébergement, qui ont été « divisés par quatre » depuis l’ancienne présidence, affirme Romain Pigenel, co-responsable du projet ».

Rappelons aussi que sous l’ère Sarkozy, l’Elysée avait débarqué sur Twitter fin 2009 puis sur mobile début 2011.