Archives

Apple, Facebook, Google, Microsoft and others join forces to launch new Web standards resource

8 octobre 2012 Publié par Laissez vos commentaires

In an attempt to create the “definitive resource” for all open Web technologies, Apple, Adobe, Facebook, Google, HP, Microsoft, Mozilla, Nokia, and Opera have joined the W3C to launch a new website called ‘Web Platform

The new website will serve a a single source of relevant, up-to-date and quality information on the latest HTML5, CSS3, and other Web standards, offering tips on web development and best practises for the technologies.

According to the W3C, the website will also display the status of a particular technology’s standardisation and cross-browser implementation.

Screen Shot 2012 10 08 at 15.48.14 520x299 Apple, Facebook, Google, Microsoft and others join forces to launch new Web standards resource

The site exists as a Wiki, allowing employees representing each of the member companies to add their own updates and to contribute to the site. The project has been funded and has a team dedicated to ensuring it is well maintained (the W3C serves as the website’s curator).

Users can interact on the forums or discuss their projects and coding tips on the site’s dedicated IRC channel.

All documents posted to the Web Platform website are licensed under creative commons. While the initial content is provided by the member companies, website visitors are encouraged to share code examples, tips and tricks or any other relevant information using the Wiki.

As Adobe puts it: “It is now up to the web community to help create and maintain the most comprehensive and authoritative reference for web technologies. So, go check it out and start contributing. Document the web!”

Image Credit: Robert Agthe/Flickr

Pingouin 3, la révélation : Que faisait pingouin la nuit dernière ?

6 octobre 2012 Publié par Laissez vos commentaires

Matt Cutts vient d’annoncer une mise à jour des données de Penguin, le filtre visant à pénaliser les sites qui ne respectent pas les consignes de Google. Contrairement à ce qu’il avait annoncé, Pingouin 3 pourrait avoir un impact du même ordre que Pingouin 2.

L'algorithme Google Pingouin contre le spamdexing

Google Penguin arrivé en v1.1 le 26 mai 2012

Selon Matt Cutts (source), il s’agit d’une simple mise à jour des données, et donc pas de l’algo en lui-même, alors qu’il avait fait trembler le monde SEO en prédisant que cette mise à jour serait énorme… Ca sera peut-être pour Pingouin 4 ?

Toujours d’après le boss de la lutte contre le spam chez Google, cette mise à jour ne toucherait que 0,3% des requêtes en anglais. Peu de précisions ont été fournies pour les autres langues, mais il a néanmoins précisé que c’était environ 0,4% pour le français et l’espagnol, 0,3% pour l’italien.

Weather report: Penguin data refresh coming today. 0.3% of English queries noticeably affected. Details: goo.gl/AF5kt

Remarque : la numérotation des versions de Pingouin se fera finalement sans numéro secondaire de type 1.1 ou 1.2. Les différentes versions sont donc les suivantes :

  • Pingouin 1, sorti le 24 avril 2012
  • Pingouin 2, sorti le 26 mai 2012
  • Pingouin 3, sorti le 5 octobre 2012

A quoi peut bien correspondre cette v3 si elle touche aussi peu de cas ? Pourquoi Google n’a-t-il toujours pas sorti de correction à son algo Pingouin, alors que de nombreux exemples d’échecs lui ont été fournis ?

Enfin, cette annonce confirme une nouvelle fois que malheureusement, le manchot de Google ne prend pas en compte en continu les modifications des webmasters. Comme Panda donc, il faut attendre à chaque fois qu’une nouvelle version sorte pour savoir si les optimisations ont été efficaces… Ceux qui vous disent qu’ils sont sortis entre 2 mises à jour sont donc dans l’erreur !

Comment tirer profit de la nouvelle bannière Twitter

3 octobre 2012 Publié par 2 Comentaires

Twitter proposait récemment à ses utilisateurs une nouvelle page de profil, introduisant la bannière (« header »). Voici donc ce qu’il faut savoir pour tirer pleinement profit de cette fonctionnalité.

 

À l’instar de ses concurrents de Palo Alto et de Mountain View, Twitter offre la possibilité à ses utilisateurs de mieux se mettre en avant. Les utilisateurs de Facebook avaient su faire preuve d’imagination au lancement de la Timeline (« Journal ») et de sa fameuse « couverture. » C’est maintenant au tour des twittos de personnaliser davantage leurs profils.

 

Changer sa bannière

Les utilisateurs pas franchement emballés par l’image d’oeuf proposée par défaut sur le célèbre site de micro-blogging connaissent sans doute déjà les menus de paramétrages « Profil » et  »Thème. » C’est ici également qu’il y a la possibilité de changer l’image de fond des profils utilisateurs. Désormais donc, une nouvelle ligne a fait son apparition.

bannière twitter tuto étapes theme changer header en tete Comment tirer profit de la nouvelle bannière Twitter

Rendez-vous sur l’icône de roue dentée, en haut à droite, puis dans « Paramètres », et enfin dans le menu « Thème. » On y retrouve quelques thèmes préconçus à appliquer directement, ou bien la possibilité de définir ses propres couleurs et d’uploader les images de son choix à appliquer en fond d’écran ou en tant que bannière (dite « en-tête »).

Une bannière au poil

Le but de ces bannières est, à la base, de se démarquer des autres. Outre choisir simplement une jolie photo, faire concorder de façon originale ou drôle son avatar avec l’image d’en-tête est du plus bel effet.

Pour un rendu optimal, sachez que la bannière affichée sur Twitter mesure 520 pixels de largeur pour 260 pixels de hauteur. L’avatar, lui, est un carré de 73 px de côté. Il se situe à 223 px de la bordure gauche de la bannière et à 24 du haut.

Pour vous faciliter la tâche, voici un fichier .psd (Photoshop) comportant les cadres et les dimensions requises déjà appliquées, au sein duquel il suffit de glisser et redimensionner les images souhaitées. Une fois l’effet voulu en place, quelques « Calque par Copier », duplications dans un nouveau document et autres rognages si besoin, suivis de l’enregistrement (au format JPG, PNG ou GIF) des calques aux bonnes dimensions, vous fourniront 2 fichiers image correspondant à l’image d’en-tête ainsi qu’à l’avatar, qui s’incrustera dans la bannière précisément au bon endroit.

Trouver l’inspiration

Vous avez désormais toutes les clés en main pour créer une jolie bannière Twitter. En panne d’inspiration ? Retrouvez ci-après quelques exemples de headers originaux, relayés par BuzzFeed et Mashable. Et si vraiment cela ne suffisait pas, certains services comme TwitrCovers permettent aux plus difficiles de trouver leur bonheur dans une banque d’images élégantes et aux thèmes divers et variés, affichant les dimensions idéales, à enregistrer comme une image traditionnelle après avoir cliqué sur « Download now. »

1 Comment tirer profit de la nouvelle bannière Twitter

2 Comment tirer profit de la nouvelle bannière Twitter

3 Comment tirer profit de la nouvelle bannière Twitter

4 Comment tirer profit de la nouvelle bannière Twitter

5 Comment tirer profit de la nouvelle bannière Twitter

6 Comment tirer profit de la nouvelle bannière Twitter

(sources : 1, 2, 3)

Les SSII touchées par la crise et la concurrence indienne en 2012

1 octobre 2012 Publié par Laissez vos commentaires

Une étude menée par l’institut d’études économiques Xerfi prévoit une année morose pour les services informatiques, dont le chiffre d’affaires cumulé s’établirait à 146 milliards d’euros en Europe.

Clavier

L’emballement lié au décollage du cloud computing est retombé. Ainsi, les « SSII redescendent peu à peu de leur nuage », annonce Xerfi dans son étude sur les services informatiques en Europe pour l’année 2012. Le secteur devrait stagner pour atteindre un chiffre d’affaires d’environ 146 milliards d’euros. « Il devrait même figurer parmi les marchés régionaux qui enregistreront les plus faibles croissances ces prochaines années », commente l’auteur, Alessandro Schiliro.

Malgré la volonté de l’Union européenne de baser une partie de son essor économique sur le numérique, force est de constater que le climat actuel n’est pas favorable à l’évolution des SSII. En premier lieu, Xerfi pointe du doigt la crise : « Rigueur oblige, les entreprises européennes resserrent leurs budgets informatiques. » Dans un deuxième temps, l’étude observe une fragmentation du marché, indiquant que « la faible interopérabilité des systèmes entre les pays membres et l’insuffisance de normes et standards dans l’UE sont autant de barrières freinant l’accès des SSII à de nouveaux marchés ».

SSII 2012 Xerfi

Xerfi met également en cause la concurrence venue d’Inde. Entre 2007 et 2011, les sociétés indiennes ont ainsi vu leur chiffre d’affaires européen croître en moyenne de 25% par an, contre un taux de croissance annuel moyen de 5 à 10% pour les SSII européennes. Une croissance des sociétés indiennes portée surtout par des « avantages compétitifs », relève l’auteur.

Pour sortir de ce marasme, quels sont les leviers possibles ? Selon Alessandro Schiliro, il faut investir dans les segments prometteurs, comme le cloud, car « cela permet de diversifier les sources de revenus et donc réduire les risques ». Enfin, il préconise de multiplier les partenariats et les acquisitions stratégiques. Objectif : partager des compétences et dégager des synergies « afin de renforcer sa part de marché sur un segment précis ». Xerfi illustre son propos par la fusion entre Atos et la branche SSII de Siemens en 2011.

Sur le long terme, la croissance des SSII semble se trouver du côté de l’internationalisation, estime l’étude. D’ici à 2015, le rythme de croissance sur le Vieux continent ne devrait pas excéder 3%.

La suite sur Clubic.com : Les SSII touchées par la crise et la concurrence indienne en 2012 http://pro.clubic.com/it-business/actualite-513963-ssii-touchees-crise-concurrence-indienne-2012.html#ixzz284weF0B0