Archives

Le HTML5 se divise en deux standards

23 juillet 2012 Publié par Laissez vos commentaires

Le HTML5 se divise en deux standardsTechnologie – Le W3C concevrait trop lentement le HTML5 selon le WHATWG, le groupe à l’origine de la norme. Le travail sera divisé en deux versions : une « continue » par le WHATWG et l’autre « canonique » par le consortium.

Le standard web HTML5 ne le sera peut-être plus tellement. Dans un message sur une liste de discussion du W3C, Ian Hickson, auteur des tests Acid2 et Acid3 et de la spécification HTML5 au WHAT Working Group (WHATWG), a annoncé la séparation du travail du groupe de celui du W3C. Le WHATWG est un organisme indépendant du W3C, soutenu par les éditeurs Mozilla, Google, Apple et Opera. Débuté par le WHATWG, le travail sur HTML5 a été repris par le W3C en 2007.

Le responsable explique que la lenteur du travail du consortium et la séparation du HTML5 en plusieurs « sous-spécifications » (API canvas 2D, postMessage, évènements côté serveur…) l’ont motivé à prendre cette décision. Tout le travail du W3C devait être dupliqué du côté du WHATWG, ce qui aurait créé une grande confusion au quotidien.

Un travail lent qui pose problème aux navigateurs

Dans notre dossier HTML5 d’octobre 2010, le co-chairman du groupe CSS, Daniel Glazman, expliquait : « Le W3C suit un processus assez (trop ?) rigoureux mais l’expérience des 16 ans d’existence du W3C a montré pourquoi c’est nécessaire ; de son côté, le WHATWG fonce en ne se préoccupant quasiment de rien si ce n’est de la technique ».

Après cinq ans de travail, le WHATWG s’est lassé de ce rythme. Le W3C continuera donc de son côté l’élaboration d’un standard répondant à ses exigences, dit « canonique », pour un résultat qui n’est pas attendu avant 2014. Pendant ce temps, le WHATWG retournera à un développement continu, plus rapide, pour accompagner l’implémentation par les navigateurs.

Il faut rappeler que la plupart des navigateurs implémentent d’ores-et-déjà de nombreuses spécifications HTML5 à partir des brouillons de standards définis par le consortium. Le standard évoluant beaucoup, certains éléments implémentés dans des navigateurs peuvent très bien disparaitre ou changer radicalement dans le texte, ce qui mène à des comportements parfois très différents selon le logiciel.

Certains sites deviennent même optimisés pour une version de HTML5 liée à un moteur, le plus souvent Webkit (Safari et Chrome). Le travail sur le « HTML Living Standard » du WHATWG pourrait aider à harmoniser ces implémentations, couplé au développement rapide des navigateurs, Firefox et Chrome en tête.

Qu’est-ce que Joomla! ?

16 juillet 2012 Publié par Laissez vos commentaires

Joomla! est l’une des plateformes CMS les plus populaires de la planète.

Depuis 2006, il a été téléchargé plus de 30 millions de fois sur Joomla.org soit un nouveau téléchargement toutes les 2.5 secondes.

Joomla! occupe une place unique dans la communauté Open-Source, étant soutenu seulement par des organismes non-lucratifs et axant sa stratégie de développement en fonction de sa communauté.

Joomla! utilise les derniers standards avec une programmation orientée objet et se basant sur l’excellent modèle de conception MVC.

Voyons maintenant Joomla en quelques chiffres :

– De 1 millions de visiteurs par mois en 2006, le site web officiel de Joomla!, Joomla.org, est passé à 7.5 millions en 2012.

– Joomla! est l’un des CMS les plus traduits avec 64 langues supportées.

– Joomla! a remporté de nombreux prix et a été élu récemment meilleur CMS devant WordPress et Drupal.

– Joomla!, c’est aussi l’une des communautés Open Source les plus actives avec pas moins de 465 articles publiés depuis 2010 sur le magazine officiel de la communauté.

– La communauté Joomla! c’est aussi prêt de 600 000 membres et plus de 2 600 000 posts.

– Les évènements internationaux ne sont pas en reste et s’organise sur tous les continents, avec en 2011, 29 JoomlaDay organisés.

De plus, en débutant avec Joomla!, ce n’est pas loin de 10 000 extensions qui sont à votre disposition, mises à disposition par la communauté sur http://extensions.joomla.org et qui vous permettent de déployer n’importe quel type de fonctionnalités sur votre site.

Enfin, sachez que 2.8% des sites Internet de la planète sont conçus avec Joomla!.

Alors qu’attendez-vous ? Lancez-vous et rendez-vous sur Joomla.org ou Joomla.fr pour plus d’informations.

Quelle est l’importance du SEO dans le Monde? [Infographie]

16 juillet 2012 Publié par Laissez vos commentaires
Quelle est l’importance du SEO dans le Monde? [Infographie]

L’agence espagnole Blucaribu a fait une infographie intéressante sur l’importance du référencement naturel (SEO pour search engine optimization) sur le web…

En effet, le référencement naturel est la première préoccupation des webmarketeurs sur le web. En effet, à quoi cela sert de faire un site Internet si il n’est pas visible par les visiteurs.

Cette préoccupation reste d’ailleurs plus importante au regard des recherches que celle concernant les réseaux sociaux ou la publicité à la performance.

 

Je vous laisse découvrir l’infographie:

Infographie SEO dans le monde

Autre petite révélation de cette infographie c’est la présence de l’Inde, du Pakistan et des Philippines devant les Etats-Unis comme nations les plus intéressées par le référencement.

Vous savez donc où trouver vos référenceurs pour vos prochains sites;-) Si vous ne voulez pas aller si loin, je donne aussi quelques conseils de référencement en français sur le blog de mon agence marketing avec entre autre la traduction d’une vidéo publiée par Google la semaine dernière sur le SEO pour les starts-up.

Adobe Shadow : Synchronized Mobile Website Testing

14 juillet 2012 Publié par Laissez vos commentaires

Mobile website developers should start jumping with joy after what they find out here. Adobe Labs released Adobe Shadow, with this software you can test simultaneously mobile website on multiple devices. Somebody can think that Shadow is another one emulator/simulator but it’s not! Shadow is working on your computer with actual devices.

If you have never tested your site on numerous devices at a time, the fact that Shadow consist of four separate apps may give you an idea how difficult it is. Once you’ve installed all components Shadow starts testing websites after pressing “Refresh” button. Shadow automatically mirrors whatever you do on your desktop to all connected devices.

Adobe Shadow: Synchronized Mobile Website Testing
Image Copyright: hammer.net

This can be a really brave statement but Shadow can be the most useful Adobe’s project built for mobile developers, especially for those engaged with responsive design. Responsive design allows to create pleasing web experience for users surfing the web with an absolutely diverse range of devices, still responsive design adds a whole lot of development work. With Shadow you can see all the changes you do to your websites in real time what makes testing simple and easy. The whole process resembles synchronized swimming, by debugging and making changes in Google Chrome you will see the results on each connected device.

Still there are two minor “problems” with Shadow. The testing through Shadow can be fulfilled only in WebKit mobile browsers. Shadow is another reason for developers to ignore non-WebKit browsers. While Shadow is great, it won’t give you the whole picture, yet.

 

Bruce Bowman, Senior Product Manager of Shadow made it clear that Adobe plans to keep expanding Shadow’s capabilities as the project progresses. No need to panic, the capabilities of this great application will soon be extended and all mobile developers will benefit from this awesome project.

Another one difficulty that is connected with Shadow is that its usefulness is directly related to the number of iOS and Android devices you have on hand. Large web development companies will benefit more as they are ready to invest more money into mobile devices. For individual devs Shadow may be not-so-handy as they have not as many devices as it is needed. Shadow may cause a mobile device swap among designers bringing together a wide range of mobile devices and taking turns testing websites. Thanks to its live editing capabilities Shadow can make that process considerably easier and faster.

The functionalities of the Shadow

With Shadow you can connect wirelessly multiple iOS & Android devices to your computer. Synchronously browse, inspect & debug on devices. After installing Shadow on your computer, you’ll be able to pair your devices, have them browse in sync with your computer, and perform remote inspection and debugging so you can see HTML/CSS/JavaScript changes on your device. Shadow package includes: Windows/OS X, iOS/Android apps, and a Chrome Extension.

Shadow for OS X and Windows;
Shadow for Android;
Shadow for iOS.

***

Adobe Shadow: Synchronized Mobile Website Testing

***

Adobe Shadow: Synchronized Mobile Website Testing

***

Adobe Shadow: Synchronized Mobile Website Testing

Features:

  • Wirelessly pair your Android and iOS devices to your computer;
  • Synchronously browse with your computer;
  • Target a device for debugging, select an element in the DOM, then:
    • Make changes to your HTML markup;
    • Tweak your CSS rules;
    • See changes instantly, on your device.
  • localhost, 127.0.0.1, and machine.local support;
  • HTTP authentication support;
  • *NEW* Take screenshots of devices, saved on your computer;
  • *NEW* Clear the cache on your devices and refresh the page;
  • *NEW* Self-signed certificate support.

***

Mobile website testing is really time and effort consuming activity, because you need to check whether all elements are displayed correctly on each device you choose. Adobe Shadow is a perfect solution for mobile website developers allowing to provide simultaneous website testing on numerous devices.

Read more about Adobe Shadow: Synchronized Mobile Website Testing | Template Monster Blog by blog.templatemonster.com

Nouveautés : Un aspirateur de piscine à hydrojets nettoyeurs

14 juillet 2012 Publié par Laissez vos commentaires

De conception simple et originale, l’aspirateur manuel de piscine Cyclone ne renferme aucune pièce en mouvement, éliminant ainsi tout risque d’usure.

 

Son système hydraulique fonctionne d’une manière autonome et est totalement indépendant du système de filtration. Une astucieuse répartition de la pression de l’eau fait tourbillonner celle-ci dans le corps de l’appareil, confortée par deux hydrojets nettoyeurs situés de part et d’autre de la tête aspirante : aucun besoin d’électricité ! Les impuretés sont collectées dans une cartouche filtrante (à 20 ou 10 microns), logée dans un globe transparent. Un nouveau dispositif a été intégré pour augmenter la surface filtrante de la cartouche et la rapidité de son nettoyage. Cet aspirateur fonctionne grâce à un simple tuyau d’arrosage raccordé au réseau d’eau, à un surpresseur ou à une buse de refoulement.

cyclone cyclone cyclone

cyclone

cyclone

 

source : piscinespa.com

5 exemples de l’impact d’une émission de télévision sur le trafic Web

8 juillet 2012 Publié par 1 Commentaire

La télévision n’est pas morte et se rappelle même à notre bon souvenir dès qu’une émission coïncide avec la thématique d’un site web. Mais ce n’est malheureusement pas si fréquent, et c’est précisément pour cette raison qu’il est compliqué de s’y préparer. Ajoutez à cela le fonctionnement opaque des chaînes de télévision et des boîtes de production : même si vous êtes au coeur d’un reportage sur le point d’être diffusé, vous ne saurez rien !

Devant une telle boîte noire, on comprend dès lors pourquoi il est si difficile de se préparer à un afflux de visiteurs dont on ne sait à priori strictement rien. Par ailleurs, force est d’admettre que, du point de vue du téléspectateurs, la convergence des médias est en route depuis 2007, au moins : c’est en tout cas ce que laisse supposer un des cinq exemples d’émission de télévision listés ci-dessous. Les quatre autres relatent des expériences vécues entre novembre 2008 et juin 2012.

Grâce au site Devant La Télé, nous avions vu comment il était possible d’observer les tendances de l’audience TV, minute après minute, sur Twitter. Mais cette fois, vous allez rapidement vous rendre compte à quel point il est compliqué d’anticiper le moindre mouvement tant on ne sait rien (ou pas grand chose) des passerelles amenant un téléspectateur à se muter en internaute.

1. Oxala, une boutique en ligne imaginaire citée dans Plus Belle La Vie

Entrons immédiatement dans le vif du sujet avec un épisode de la série Plus Belle La Vie dans lequel il est question d’une boutique en ligne appelée Oxala (la société de production avait d’ailleurs pris soin de déposer quelques noms de domaine). En décembre 2011, c’est l’agence 1ère position, spécialisée dans le SEO et le Webmarketing, qui relate alors l’histoire. Puis, en janvier 2012, un second épisode de la série évoque à nouveau la fameuse « oxala boutique ». L’agence de référencement profite cette fois de sa bonne position sur la requête (obtenue via son premier article) et décrit l’impact sur son trafic dans un second article : un pic de recherche et de trafic, une grande diversité de mots clés illustrant le principe de longue traîne, de nouvelles propositions via Google Suggest, et forcément, un taux de rebond très élevé. Au passage, on note justement que Google Insights for Search détecte un record la première semaine de janvier 2012 sur la requête « oxala boutique » quand on soumet la requête « oxala » à l’outil. L’agence met également en évidence l’importance toute relative de l’optimisation SEO lorsque Google détecte une brutale augmentation de l’audience.

2. L’impact d’un buzz potache dans le Petit Journal de Canal +

L’anecdote remonte à Novembre 2008, à l’occasion des élections présidentielles aux Etats-Unis. Chaque jour, les journalistes du Petit Journal de Yann Barthes se donne pour défi de dresser des banderoles « Coucou Maman » et « Maman je t’aime » dans les grandes manifestations américaines. Puis le 4 novembre, c’est avec le slogan « Cassoulet » que le buzz prend toute son ampleur : la banderole est déployée sur Time Square à New York, face aux caméras des grandes chaînes de télévision américaines, quelques instants avant les résultats donnant Obama vainqueur. Dès lors, les journalistes, blogueurs et internautes américains se perdent en spéculation sur la signification du message, et la requête « cassoulet » devient en quelques heures le 62ème mot le plus recherché sur le moteur de recherche (la courbe de Google Insights for Search est éloquente). Par ailleurs, encore aujourd’hui, le sujet provoque une discorde en coulisse des pages Wikipedia anglophone et francophone : les uns estiment l’histoire suffisamment notable pour être évoquée publiquement, et les autres estiment que cette anecdote est une « insulte à la culture languedocienne » (sic !).

3. L’impact des programmes courts coincés entre la météo et les pubs

Cette histoire est celle d’Alexandra, photographe spécialiste de la photo de grossesse. En avril 2012, elle est choisie pour un reportage, notamment grâce au positionnement de son site sur la requête « photographe femme enceinte paris ». Il s’agit du programme « instants d’émotion » sur TF1 dont la diffusion a lieu vers 20h35, c’est à dire entre le journal télévisé, les publicités, le bulletin météo et la série policière du mercredi soir (puisque le passage est prévu pour le 30 mai). Son amie Sandrine, consultante SEO, craint que le site ne tombe, donc change d’hébergeur, optimise quelques paramètres WordPress et consolide quelques positions. Puis, le reportage est diffusé… sans la moindre mention du site : seul indice, le nom et le prénom de la photographe sur lesquels, heureusement, elle arrive première. Conséquences : un petit trafic multiplié par 9 et des requêtes illustrant, une fois de plus, la richesse de la longue traîne. Au final, l’exposition est relativement décevante mais le programme est en réalité (et avant tout) une promotion déguisée pour Interflora, ce qui interdit toute mention publicitaire.

4. L’impact d’un sujet ciblé dans une émission de reportages

En mai 2011, l’émission Sept à Huit sur TF1 diffuse un reportage consacré au blog Comme un camion. Mais le communiqué de presse annonce l’auteur du site sous sa véritable identité (et non sous son pseudo d’écriture). Il faut donc anticiper pour être également positionné sur l’expression « blog mode de Serge ». En tout cas, les optimisations techniques et l’alerte faite à l’hébergeur ne sont pas du luxe puisque le site engrange plusieurs milliers de connexions simultanées en quelques heures, malgré un serveur dédié totalement saturé par à un trafic instantané multiplié par 5. Puis, « Comme un camion » devenant inaccessible, c’est le site personnel de Serge qui prend le relai (trafic instantané multiplié par 7). Le lendemain, le blog atteint son pic de visites (17000 le dimanche, 20000 le lundi – « comme un jour de solde ») pour finalement recoller lentement aux 15000 visites quotidiennes habituelles. Tout ceci est raconté plus en détail sur le blog perso de l’intéressé. Serge évoque 300 nouveaux fans Facebook et au moins 300 nouveaux followers sur Twitter dès les premières 24h. Serge, si tu me lis, je te recommande Socialbakers pour en savoir plus sur ta progression dans les réseaux sociaux.

5. Le reportage TV comme initiateur d’achats impulsifs

En juin 2007, sur son blog 2803.fr, Henri Labarre raconte l’impact de l’émission « Le droit de savoir » sur le trafic de Blog Deco Design. Il y est en particulier question du jeune et talentueux décorateur designer Ora Ïto : on le voit présentant ses produits réalisés en collaboration avec la marque Gorenje. Le résultat ne se fait dès lors pas attendre : les requêtes soumises à Google et pointant vers les deux articles écrits par Henri, sont extrêmement variées, illustrant une fois de plus plutôt bien le principe de longue traîne. Comme le rappelle Henri, on visualise bien les télespectateurs regardant la télévision, l’ordinateur (ou aujourd’hui la tablette tactile) sur les genoux. Puis on imagine aussi à quel point cela peut faciliter les achats d’impulsion, même si l’idée devait être encore un peu neuve il y a cinq ans. Malheureusement, Henri ne nous en dit pas plus sur le trafic récolté.

Conclusion

Finalement, nous sommes en 2012, et la convergence évoquée en introduction n’a pas vraiment eu lieu. En tout cas, elle peine à se démocratiser réellement : il apparaît clairement que l’ensemble des médias traditionnels (télévision en tête de gondole mais aussi la presse papier) se refusent obstinément à une collaboration saine, efficace et transparente avec les médias numériques. Il faut donc composer avec cette rivalité où tout ce qui provient d’Internet est prétendument douteux, incomplet, falsifié, amateur, fantaisiste etc…

Au delà de ce constat, on tire bien heureusement quelques enseignements précieux de l’impact d’une émission de télévision sur le trafic d’un site Internet. On constate :

  • une aggravation passagère du taux de rebond
  • une augmentation logique du nombre de nouveaux visiteurs
  • une série de requêtes très diversifiées menant au site et illustrant magnifiquement bien le principe de longue traîne.
  • une courbe de trafic singulière : pour faire une analogie, ce serait comme une réponse synaptique à un stimulus. Dans un premier temps, on observe un brusque pic de visites (sur une durée allant de quelques minutes à quelques heures selon le trafic habituel du site), puis un lent retour à la normale (nécessitant un à plusieurs jours).
  • l’importance de se positionner sur le prénom et le nom de l’auteur du site : les chaînes de télévision se montrent en effet particulièrement frileuses vis à vis des passerelles existant entre la télévision et Internet. Si les chaînes de télévision ne s’adaptent pas aux modalités d’Internet, il revient donc à Internet de s’adapter pour profiter au mieux de l’exposition qu’offre la télévision.
  • qu’une émission de télévision ne constitue pas à coup sûr un grand levier de trafic. Reprenons l’exemple du Petit Journal : ce dernier diffusait en avril 2012 un sujet sur le groupe de métal Nightwish dont c’était la tournée française au même moment. Or, nous n’avons pas vraiment détecter de gain de trafic lié à cette diffusion sur le site officiel français (premier sur la requête « nightwish »).
  • que l’aspect technique est un vaste sujet qu’il ne faut surtout pas négliger puisque l’impact d’une émission de télévision induit forcément une fragilisation de la fiabilité du serveur (qu’il soit dédié ou mutualisé, d’ailleurs). Voici un article technique très complet et pédagogique publié sur le site The IT Circle.

Enfin, pour conclure, je ne saurais que trop vous conseiller de lire les commentaires de chacun des articles évoqués dans cet inventaire : ils sont généralement très intéressants car bourrés d’expériences personnelles et de cas d’étude particuliers, une vraie mine d’or d’information pour qui souhaite creuser le sujet !

 

source : stratosphere.fr